Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2022 6 06 /08 /août /2022 16:04

Ce petit périple du samedi 6 août 2022, dans cette région à cheval sur les côtes d'Armor et le Morbihan, je le dois à une recherche de réalisations de "street art" sur internet...

Je suis tombé sur les fresques réalisées à Brignac (56), (vous les verrez plus bas) et sur les fresques en question, il y a les illustrations représentant des légendes de la région, des chapelles, des croix, des arbres remarquables avec beaucoup de renseignements dans les légendes, ce qui fait tilt !, je veux les voir de près... Les fresques, les chapelles, les croix et me voilà parti pour une sorte de safari photos !. Les légendes de ces fresques seront, en quelque sorte, le fil rouge de ce reportage...

Mes reportages sont souvent motivés par ce type de recherches sur internet ou encore un article dans un journal...

Ce reportage débutera à Plémet dans les côtes d'Armor, avec la chapelle Saint Lubin...

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La chapelle de Saint-Lubin, sur la commune de Plémet (Côtes-d'Armor), dont la fondation remonte au XVIe siècle, est un édifice religieux de culte catholique, dépendant du diocèse de Saint-Brieuc.

 

Edifice mi roman, mi gothique, portant une tour placée en angle et un bas-côté nord formant doubles pignons, caractéristique des églises bretonnes. A l'intérieur, la charpente présente quelques pièces sculptées (entraits et sablière). Deux vitraux du 16e siècle, et une grisaille du 17e.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Construite au XVIe siècle, la chapelle est remaniée en 1741. La sacristie date de 1823. La chapelle est en partie reconstruite en 1828 sur le plan de l'ancien édifice. Elle est placée sous le vocable de saint Lubin (mot en 557), évêque de Chartres qui aurait accomplit de nombreux miracles, rendant la santé à un hydropique, à un aveugle, à plusieurs personnes malades mentalement, à un vieux prêtre. Tous ces miracles sont consignés dans le Bréviaire de Chartres.

Cette chapelle est le but de deux pèlerinage ayant lieu respectivement les et . Le pardon de Saint-Lubin a lieu le .

L'édifice est construit en moellons de granite, avec un toit à longs pans recouvert en ardoises, deux vaisseaux et flèche polygonale, un pignon découvert et une croupe. Elle porte une tour placée en angle et un bas-côté nord formant doubles pignons.

Une croix monumentale date du XVIIe siècle

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le rétable du fond de la chapelle.

Surprise !, j'arrive à Saint Lubin vers 8 heures 30, je vais pour prendre mes photos et je rencontre un charmant Monsieur en robe de chambre qui vient prendre son journal à sa boîte aux lettres, la conversation s'engage et il me raconte (en passionné) l'histoire du village... Et, c'est sans doute un miracle de Saint Lubin, il est l'un des détenteurs de la clef de la chapelle !... Merci à lui !.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La fontaine de dévotion de Saint Lubin date du XVIe siècle, elle est construite en moellons de schiste, et partiellement reconstruite en 1867.

Après Plémet, restons dans les côtes d'Armor, c'est Saint Jacut du Mené qui est au programme...

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La chapelle du Parc et son chêne pédonculé millénaire.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Street art au terrain de foot de Gomené.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La fresque du tertre feuillet située sur le mur de l’école et de la salle des fêtes vient de reprendre des couleurs, sous les coups de pinceaux de l’artiste loudéacien, Jacques Gauvry (2018).

Elle avait été réalisée avec talent, par Nicolas Bourdaret, en 2002. Toutefois, avec le temps et les intempéries, le dessin s’effaçait et devenait de moins en moins visible. La municipalité a donc décidé de la faire refaire. Le coût de la réalisation est de 7 274 € comprenant la location de la nacelle et la prestation de Jacques Gauvry.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

 Gomené :  On ne peut pas manquer le lavoir et sa croix, sur la route du tertre feuillet.      

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le Tertre Feuillet à Gomené : trois mystérieuses croix sont implantées au sommet du Tertre Feuillet. La légende rapporte que le site n’est pas à fréquenter la nuit car il est hanté par un mystérieux revenant, habillé d’une longue cape et dissimulé sous un chapeau noir… Gare aux imprudents…

Sur la Croix Centrale datant du Moyen-Âge, apparaissent les mots : « Le Père ». Sur les croix latérales, on peut lire « Le Saint Esprit » sur la 1re et  « Le Fils » sur la 2e

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

En allant sur Ménéac et la chapelle du Plessis, j'ai vu, j'ai aimé, j'ai pris la photo !.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Ménéac, la chapelle du Plessis, rivée et dépendante du manoir du Plessis.

Comme l’écrivait l’abbé Gilles dans la monographie qu’il a consacrée à sa commune de naissance : « dans le quartier nord-ouest de Ménéac, le plus élevé, le plus accidenté, le plus verdoyant, favorable aux promenades toniques qui vous laissent avec vous-même, dans un silence souligné par le chant des oiseaux et celui du ruisseau sur les roches de son lit », se cache la chapelle du Plessis.

« La chapelle est dédiée à Notre-Dame de Toute Aide qui, selon les dires, serait passée par ici durant l’un de ses périples », expliquent-ils. D’ailleurs, selon la légende, la Vierge aurait laissé des traces de son passage… A une centaine de mètres de l’édifice, après avoir emprunté des chemins boisés et sinueux, le « rocher du pas » laisserait apparaître ses empreintes. « Regardez, il y a la marque de son genou droit et de son pied gauche. Et juste à côté, celle du pas d’un enfant. On dit qu’elle s’y serait agenouillée tout en tenant Jésus débout à ses côtés. » Aussi, la tradition veut que, lorsqu’un enfant tarde à marcher, sa mère vienne avec lui et insère genou et pied aux endroits qui leur sont voués.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Manoir du Plessis Rebours, (photo prise sur internet).

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Voici les fresques du restaurant la maison de Manon à Brignac, fresques qui ont motivé ce périple.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La belle petite église de Brignac.

A quoi pensez-vous lorsque l'on parle de la forêt de Brocéliande?, à Merlin l'enchanteur, à la fée viviane que je croyais apercevoir quelques fois en voiture, lorsque je traversais la forêt entre Paimpont et Guer!. C'était sans aucun doute mon imagination qui travaillait de si bonne heure le matin...

 Il y a aussi les chevaliers de la table ronde, et pour eux nous irons à Néant sur Yvel où démarre un projet fou mais moins fou qu'à la vallée des saints à Carnoët dans les côtes d'Armor, celui de convier autour d'une table et d'Arthur, 11 autres chevaliers de la table ronde...

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La première phase du projet des Nouveaux chevaliers de Brocéliande avait été inaugurée sur la butte Saint-Michel, à Néant-sur-Yvel (Morbihan), le 10 septembre 2021, avec la livraison du Roi Arthur et de la Table ronde. Cette œuvre monumentale, réalisée par l’artiste peintre et sculpteur ploërmelais Mickaël Thomazo, comportera, lorsqu’elle sera achevée, onze chevaliers de la Table ronde autour du Roi Arthur. Une douzième place, dite siège périlleux, destiné au meilleur chevalier qui, au terme de sa quête, rapportera le Graal, pourra être occupé par les visiteurs.

La deuxième phase a commencé début juillet 2022 avec la livraison des chevaliers Keu et Gauvain. Keu était frère nourricier et sénéchal du Roi Arthur. Neveu du Roi Arthur, Gauvain était considéré comme le meilleur chevalier de la Table ronde. Il fut tué par Lancelot lors d’un combat opposant les deux chevaliers.

Le projet de réaliser une Table ronde où siégeraient onze chevaliers a été lancé en 2018 sur proposition de Paul Anselin, ancien maire de Ploërmel, qui était alors président de l’association de sauvegarde du Val-sans-Retour et de la forêt de Brocéliande. "Le troisième chevalier, Perceval, arrivera en octobre 2022", annonce Philippe Louapre, maire de Néant-sur-Yvel et l’actuel président de l’association. Il sera suivi par le chevalier Girflet.

Au centre de la Table ronde, dont le diamètre mesure 4,10 m, sera installé, à la fin, le Graal. Chaque sculpture pèse entre 300 et 400 kg. "Mon œuvre est une interprétation moderne de la légende des chevaliers de la Table ronde pour que la génération actuelle la comprenne", explique Mickaël Thomazo. "Les quatre premiers chevaliers occuperont les quatre points cardinaux."​

L’artiste n’a pas travaillé seul pour ce projet unique en Europe, s’entourant de diverses compétences. Grâce à la réalité augmentée, le digital et le réel seront mélangés, proposant tout un univers ludique, un travail réalisé par la start-up KaviAR Tech.

L’attrait d’une telle installation est aussi touristique, notamment grâce à une application déjà téléchargeable sur broceliande.kaviar.app. Entre les études, la réalité augmentée, la création du site, la Table ronde, les chevaliers, la signalétique, le budget du projet atteint 300 000 €. L’œuvre a été financée en partie par des mécènes, mais aussi par le conseil régional, le conseil départemental, les communes de Ploërmel et de Guer. "Nous sommes toujours à la recherche de nouveaux mécènes", ajoute Philippe Louapre.

Les visiteurs peuvent admirer cette œuvre installée sur la butte Saint-Michel, à Néant-sur-Yvel, près de Ploërmel.

Je peux vous certifier que, et je parle pour ceux qui connaissent la vallée des saints à Carnoët, vous serez sur ce site hors du temps, un vrai bonheur !.

Aujourd'hui, j'ai plein d'autres photos à vous montrer, mais ces chevaliers m'enthousiasment à un point !.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le chevalier Kheu.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Néant sur Yvel (56) :

 

 Croix millénaire de la butte Saint Michel,

Croix de chemin du Moyen Age.

Sur un rocher, croix monolithe à bras courts, taillée dans un menhir.

 
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le chevalier Gauvain.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Néant sur Yvel, l'église.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Néant sur Yvel, croix.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le Bois de la Roche, l'entrée du château.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le bois de la Roche (56), l'église. elle sonnait 14 heures à mon passage!.

Néant sur Yvel (56) : Fontaine Anne Toussainte de Volvire. J'avais déjà photographié cette fontaine dans un reportage sur les fontaines de Bretagne en 2016, reportage que je partageais avec mon épouse Janick...

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Néant sur Yvel, la chapelle de Kernéant.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Néant sur Yvel, Kernéant, les chênes creux.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Néant sur Yvel, Kernéant.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Tréhorenteuc  est une commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne et à la frontière avec l'Ille-et-Vilaine.

Avec à peine plus de 100 habitants, c'est la deuxième plus petite commune de son département. Terre d'agriculture, Tréhorenteuc subit un important exode rural au cours du XXe siècle, mais aussi un fort accroissement de sa fréquentation touristique grâce à la légende arthurienne. Après 1942, l'abbé Gillard restaure l'église communale qui se fait connaître sous le nom de « chapelle du Graal », et fait visiter le Val sans retour.

En 1996, la commune a obtenu le Label "Communes du Patrimoine Rural de Bretagne" pour la richesse de son patrimoine architectural et paysager.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La grande mosaïque de l'Église Sainte-Onenne de Tréhorenteuc.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

L'église Sainte-Eutrope Sainte-Onenne de Tréhorenteuc aussi nommée « Église du Graal ».

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Tréhorenteuc, les vitraux de l'église.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Tréhorenteuc, la légende du Val sans retour, dans l'église.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Les chevaliers de la table ronde.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

La fontaine de Barenton.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Fresque sur un pignon de maison à Tréhorenteuc.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Fresques diverses à Tréhorenteuc.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Saint Brieuc de Mauron, le chêne remarquable.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Au beau milieu du petit village de Concoret...Au beau milieu d’un petit village de Concoret et à côté de la rue Eon, vous rencontrerez forcément le fameux Chêne à Guillotin.C’est un chêne qui fait 20 mètres de hauteur, 10 mètres de circonférence et qui a environ 1000 ans. Il est protégé et entretenu par l’ONF (Office National des Forêts)Mais pourquoi une telle appellation ? Eh bien, ce chêne est exceptionnel pour sa silhouette imposante. Il présente un vécu tout à fait unique.En effet, son nom est lié à l’abbé Guillotin qui exerçait à Concoret pendant la révolution. Opposé à la révolution, l’Abbé Guillotin était pourchassé par l’armée révolutionnaire. Il décida donc de partir en pleine campagne pour s’y cacher. En passant près du chêne, il remarqua qu’il était creux et il se cacha à l’intérieur.Lorsque les soldats passèrent près du chêne, le trou était bouché par une belle toile d’araignée intacte laissant penser qu’il n’y avait personne à l’intérieur. Et pourtant, l’Abbé Guillotin s’y trouvait. Il attendit quelques jours avant de sortir, le temps que l’armée se disperse dans la campagne.Il a écrit ses mémoires et raconte que c’est une Sainte, Notre Dame de Paimpont, qui se serait transformée en araignée pour le protéger.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Puisque nous sommes autour de Brocéliande, voici une série de dés à coudre de collection que Janick avait créé pour notre entreprise LA GUILDE DU DE.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Augan (56) :

Sur le bord de la route Augan-Campénéac, à l'entrée du château de Beaurepaire. La plus belle du pays avec celle du cimetière. Très ancienne, elle remonterait aux Templiers, c'est-à-dire au 12 ou 13e siècle. Monolithe en schiste. Elle porte cette inscription (ajoutée) : «1914 Aime Dieu et va ton chemin 1918 ». Sur chaque bras, une croix gravée  en relief. Croix : 185×90 Socle moderne ajouté : 120x90x110.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Campanéac (56), une très belle fresque située en plein bourg. Je l'ai déjà présentée au moins dans un autre reportage il y a quelques années (avec le châtaignier remarquable du Pas au biches).

Au cœur du Massif armoricain, Campénéac se situe à 9 km au nord-est de Ploërmel, approximativement entre Vannes et Rennes, dans le nord-est du Morbihan, non loin de la forêt de Paimpont, parfois identifiée comme la mythique forêt de Brocéliande.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Campanéac, le chataîgnier remarquable du Pas aux biches. Son âge ?, environ 400 ans.

Installé au milieu d’un petit lotissement, à 300 m de la route Campénéac - Augan, c’est l’un des plus gros arbres du Morbihan. Un tronc massif et assez haut, prolongé par deux grosses branches formant un houppier culminant à 20 m, confère à ce gigantesque châtaignier une élégance certaine.

Malheureusement, malgré les efforts des habitants de Campénéac pour le préserver 1, le vieille arbre se meurt. Depuis le milieu des années 2000, un processus de sénescence accéléré s’est enclenché. Sans doute faut-il y voir une énième illustration du changement climatique avec des périodes de chaleurs intenses de plus en plus fréquentes qui induisent des stress hydriques. Les châtaigniers résistent mal au manque d’eau.

Ses deux grosses branches principales sont aujourd’hui mortes. La rencontre avec cet arbre remarquable de Bretagne reste toujours magique. On espère que le châtaignier du Pas aux Biches trouve les ressources pour se régénérer et continuer à nous émerveiller par sa beauté.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Campanéac, fontaine entre le bourg et le pas aux biches.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le château de Trécesson, qui a conservé son aspect médiéval, est l'un des plus impressionnants châteaux de Bretagne. Ses imposants murs de schiste rougeâtre se reflètent dans les eaux de l’étang qui l’entoure. Il est situé sur la commune de Campénéac (Morbihan) à proximité de la forêt de Paimpont-Brocéliande et en bordure du camp de Coëtquidan. C’est une propriété privée. Le château de Trécesson fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis , classement étendu en 2014 aux abords du château, et son domaine, une inscription en .

 

Le château de Trécesson est déjà mentionné comme demeure des seigneurs de Ploërmel et Campénéac, dès le VIIIe siècle. La famille de Trécesson est connue depuis le XIIIe siècle, son premier représentant connu fut le chevalier Jean de Trécesson dont le petit-fils fut connétable de Bretagne au XIVe siècle. La tradition attribue la construction à la fin du XIVe siècle mais il est plus vraisemblable que le château, dans son état actuel, date de la fin du XIVe siècle ou du début du XVe siècle. Il aurait été bâti par Jean de Trécesson, chambellan du duc Jean IV de Bretagne.

C’est en effet vers 1440 que la dernière héritière du nom de Trécesson se marie avec Éon de Carné. Ce dernier et son fils François relèvent le nom de Trécesson et entreprennent la transformation/reconstruction du château. La demeure restera propriété de la famille Carné-Trécesson jusqu’en 1773 où la dernière porteuse du nom, Agathe de Trécesson se marie avec René-Joseph Le Preste de Châteaugiron qui en devient propriétaire. En 1793, il vend le château à Nicolas Bourelle de Sivry, payeur général des guerres. Celui-ci passe ensuite par héritage aux Perrien de Crenan, puis aux Montesquieu et enfin aux Prunelé. La famille de Prunelé habite toujours le château.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Plusieurs légendes sont liées au château. La plus connue est celle de la Dame blanche, mais il y a aussi celle du Curé sans tête, un fantôme qui rôderait dans les prairies autour du château près du calvaire qui borde la D312, celle des Joueurs fantôme' et celle du Manoir du Pied d’Ânon. Pendant la Terreur, en juin 1793, le député girondin Jacques Defermon (dit Defermon des Chapelières) ayant signé une protestation contre l’exclusion des Girondins est obligé de s’enfuir et vient se réfugier dans le château. Il y resta caché plus d'un an.

La légende de la dame blanche est relatée dans un volume de la revue Le Lycée armoricain en 1824. Les faits se seraient déroulés entre 1740 et 1760. À l'époque où le château appartient au bon seigneur M. De Trécesson, dont la seule intolérance concerne le braconnage, des braconniers opèrent de nuit sur ses terres. En embuscade dans le parc du château, l'un de ces braconniers guette sa proie. Il entend du bruit et se cache sur un arbre. Une voiture attelée de deux chevaux noirs s'avance lentement et à petit bruit. Le cortège s'arrête non loin du braconnier et il distingue plusieurs hommes munis de bêches et de pioches. Ils se mettent a creuser une fosse, au pied de l'arbre où il est caché. Au même moment, deux gentilshommes sortent de la voiture et en font descendre avec violence une jeune dame richement parée, vêtue d'une robe de soie blanche. Sa tête est couronnée de fleurs, elle tient un bouquet, il s'agit d'une jeune fiancée. Elle supplie ses frères de lui laisser la vie, en vain. Ils répondent qu'elle a déshonoré la famille et n'en fait désormais plus partie. La fosse est achevée, et la jeune femme y est précipitée, puis enterrée vivante. Quand la voiture disparaît, le braconnier n'ose pas porter secours à la femme et rentre chez lui pour raconter à son épouse ce qui vient de se passer. Elle l'invective pour sa lâcheté, et tous deux trouvent M. de Trécesson, afin de lui raconter ce qui est arrivé. Les portes du château sont fermées, il faut attendre longtemps avant qu'on accepte de leur ouvrir. M. de Trécesson est au lit, il s'habille à la hâte et ordonne de les faire entrer. Les deux époux exposent le motif qui les amène. M. de Trécesson s'inquiète et donne ordre à ses gens de courir à l'endroit que le braconnier indique. Cependant, ces démarches ont pris du temps, et déjà le jour commence à paraître. La tombe est ouverte et lorsque le visage de la jeune dame paraît à découvert, elle pousse un long soupir puis tombe morte. M. de Trécesson lui fait rendre les honneurs funèbres, mais personne ne parvient à connaître les raisons du sort cruel réservé à la femme. M. de Trécesson orne la chapelle du Château de la robe nuptiale, du bouquet et de la couronne de fleurs de la jeune fiancée. Ils seraient restés exposés jusqu'à la Révolution française. (Cependant en page 12 de ses mémoires intitulées "Archives de la famille Maufras Du Chatellier", Armand Du Chatellier atteste de la présence de la robe en 1881).

Depuis, la dame blanche apparaîtrait sur les toits du château de Trécesson les soirs de pleine lune. Cependant, il n'existe aucun témoignage direct connu pour attester de la présence de ce fantôme près du château.

La légende des Joueurs fantômes s'attache à une pièce particulière du château, une chambre du deuxième étage au bout d'un couloir, réputée hantée. Un invité du château dit un jour vouloir y dormir pour tester son courage, mais il lui est impossible de trouver le sommeil. Vers minuit, il voit deux valets puis deux gentilshommes joueurs de cartes s'installer à une table de jeu dans la chambre. L'un d'eux brandit une arme. L'invité du château finit par s'endormir et le lendemain, il trouve un tas d'or sur la table de jeu. Il se dispute la trouvaille avec le châtelain propriétaire de Trécesson, l'affaire allant jusqu'à un procès (imaginaire) au Parlement de Bretagne.

La légende du manoir du Pied d’Ânon est une nouvelle fois une histoire de jeu. Le marquis de Trécesson se rend à Versailles et s'adonne à sa passion du jeu, au point de perdre absolument toutes ses possessions, le château, le domaine et les métairies. Persuadé qu'il ne lui reste plus rien, il est sur le point de « se faire sauter la cervelle » quand son valet de chambre lui dit « il vous reste le manoir du Pied d'Ânon ». En réalité, il s'agit d'une misérable cabane de bois accrochée à un rocher, si insignifiante que le marquis l'a oubliée. Il joue le Pied d'Ânon, gagne et finit par retrouver toutes ses possessions.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Trecesson, le pigeonnier, face au château (derrière vous lorsque vous regardez le château).

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le calvaire de Trécesson, Christ en croix, vierge et St Jean en façade. Piéta et angelots au revers.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Près de Gael, la chapelle de Louyat et son calvaire.

Au VIIe siècle, un monastère fut érigé, il faisait office de maison d'hospitalité et accueillait les pèlerins et les voyageurs. Les moines, allant de l'abbaye de Paimpont à l'abbaye de Saint-Méen, y faisaient halte pour se reposer.

À partir du milieu du XIIe siècle, les revenus et les terres du monastère du Louyat furent répartis et divisés, notamment au profit de l'abbaye de Telhouët en Paimpont, ce qui entraîna, petit à petit, le départ des moines. Durant le Moyen Âge, la chapelle du Louyat devint alors une sorte de succursale de la paroisse de Gaël, et tomba peu à peu en vétusté.

Il fallut attendre l'an 1556 pour que l'édifice actuel fût construit, entouré du terrain servant, autrefois, de cimetière. Au XVIIe siècle, on continua d'enterrer les morts du Louyat, non pas sur le terrain, mais dans la chapelle même. Des vestiges de cette coutume restèrent longtemps visibles (jusqu'au début du XXe siècle), car lorsqu'on procédait à une nouvelle inhumation dans l'édifice, on relevait les ossements que l'on trouvait en terres, et on les déposait dans des reliquaires en bois, de chaque côté de la porte d'entrée.

À la Révolution, la chapelle fut vendue comme bien nationale, puis en 1925, le recteur Delaunay procéda à de nombreux travaux, notamment l'implantation de la cloche de bronze dans le clocher. Ces rénovations permirent au Louyat de devenir à nouveau un lieu de pèlerinage.

Depuis 1999, l'association Les Amis du Louyat se chargent des gros travaux, de l'entretien permanent de la chapelle, et de l'organisation du pardon annuel. Ce pardon, dédié à saint Jacques et saint Christophe, a lieu le deuxième dimanche de juillet. On y procède, notamment, à la bénédiction des voitures, motos, vélos..

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

En allant vers Gael...

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Maintenant vous le savez, Gael est à 7 kms de St Meen et à 41 kms de Dinan... Ancienne plaque Michelin sauvegardée.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

L'ancien bureau de poste, rue du lieutenant Guillard, possède une enseigne élaborée par le mosaïste Isidore Odorico. La poste de Gaël était initialement installée dans les locaux de la mairie depuis 1911, suite à une délibération prise par le conseil municipal le 20 février 1910.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Isidore Odorico, né le à Rennes (Ille-et-Vilaine) et mort le dans cette même ville, est un mosaïste français issu d'une dynastie d'artisans italiens installés à Rennes. Reprenant la succession de son père, il réalise un très grand nombre de décorations en mosaïque, essentiellement dans l'ouest de la France.

Le père d'Isidore Odorico, également nommé Isidore Odorico (1842-1912) et son oncle Vincent Odorico (1845-1909) viennent de Sequals, dans la province italienne de Pordenone (Frioul). Ils participent au chantier de l'Opéra Garnier à Paris sous la direction du mosaïste italien réputé Giandomenico Facchina (1826-1904). Ils s'installent ensuite en famille à Tours en 1881. En 1882, les frères s'associent pour fonder leur propre entreprise à Rennes.

Dans une région n'ayant aucune tradition de mosaïque, ils importent une technique venue de leur province d'origine. Le coût de fabrication est réduit grâce à la technique de la pose par inversion, d'abord utilisée à l'Opéra Garnier et inspirée par les procédés de restauration des mosaïques antiques (Mora à Arles). Il l'est également par l'invention des « émaux dimensionnés » par émaux de Briare qui permet de gagner du temps sur les coupes de tesselles.

Très bons artisans, ils répondent éventuellement à des commandes passées par des architectes pour les diocèses d'Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord (actuel Côtes-d'Armor), dans la lignée des grands décors des basiliques mariales de la fin du XIXe siècle : Notre-Dame de la Garde à Marseille, Fourvière à Lyon, etc. Leur production courante est faite de décors au sol, principalement en marbre, pour des entrées d'immeubles ou des boutiques.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

De 1908 à 1913, Isidore Odorico suit les cours de l'école régionale des beaux-arts de Rennes. Il reprend l'entreprise familiale après la Première Guerre mondiale et la développe considérablement dans l'entre-deux-guerres. En 1922, il épouse Marcelle Favret, fille du mosaïste Pietro Favret. Dès lors il collabore à de nombreux chantiers avec son beau-père. Il crée des motifs inspirés par le style Art déco, alors en vogue.

Isidore Odorico collabore avec différents architectes travaillant dans le Grand Ouest : Jean de La Morinerie (Le Petit Carhuel à Étables-sur-Mer), Emmanuel Le Ray (crèches pour la Ville de Rennes, palais du commerce), Pierre Laloy (postes de Saint-Lunaire, Tréguier, Rennes-République, etc.), Hyacinthe Perrin (église Sainte-Thérèse à Rennes), Roger Jusserand (la Maison bleue à Angers), Georges Robert Lefort (grand séminaire de Saint-Brieuc), Léon Guinebretière (Bains-douches de Laval à Laval).

Dans l'entre-deux-guerres (1918-1939), Rennes devient un des grands centres de production de mosaïque de France : on recense des œuvres de l'atelier Odorico dans 122 villes du Grand Ouest.

En 1979, le fonds de dessins de l'entreprise Odorico rejoint les collections du musée de Bretagne. Il a fait l'objet d'une exposition en 2009.

Voir dans un reportage sur St Brieuc, différentes réalisations de l'atelier Odorico.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

L'ancien bureau de poste de Gaël est sans doute, aujourd'hui, le seul en France, a pouvoir s'enorgueillir d'une enseigne ayant valeur d'oeuvre d'art. Le monument aux morts de la commune a également bénéficié des talents de l'artiste mosaïste.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Le château d’eau de Gaël orné d’une fresque monumentale représentant le roi et saint Judicaël, réalisée en 2021 par l’artiste peintre globe trotter Frédéric Gracia. Face sud.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Château d'eau de Gael, face nord.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Médréac (35), la croix des 7 loups.

A Médreac, deux croix ont été édifiées au XVIe siècle, La Croix du cimetière et La Croix des Sept Loups. Toutes deux illustrent une légende racontant comment une jeune couturière rentrant tard de son travail se fit attaquer par sept loups féroces. La jeune femme sortit alors des ciseaux de sa poche et en fit jaillir un faisceau lumineux grâce à la lune pour éblouir les sept loups. Les parents de la jeune fille édifièrent cette croix à l'endroit du miracle.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Médréac, face Est de la croix du cimetière.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Guitté (22), lavoir, fontaine et petit moulin à l'entrée du bourg en venant de Médréac.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Guitté, l'église Saint Servan.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Guitté, le château de Couellan.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.
 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Plumaudan (22) la croix du Gacet, sur la route de Caulnes.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Saint Maudan, la fontaine Saint Maudan.

La biographie de Saint-Maudan est incertaine, il pourrait s’agir du Saint écossais Modan, qui aurait été évêque en Ecosse entre le VIIème siècle et IXème siècle, Saint-Maudan moine compatriote du premier serait peut-être venu comme évangélisateur de l’Armorique au IXème siècle. Le patronyme de Plumaudan aurait pour origine le radical Plou (Plebs en latin) signifiant une communauté de fidèles, Saint-Maudan en fut peut-être le missionnaire chargé de l’organisation. Dès 1122 une église est mentionnée à Plumaudan, elle appartenait à l’abbaye de Saint-Mélaine, qui en sera dépossédée au profit de l’abbaye de Baulieu fondée par Roland de Dinan. En 1790 la paroisse chef lieu d’un doyenné devient une commune.

Selon la légende la fontaine existait du vivant de Saint-Maudan, et un sanctuaire de bois aurait été érigé dans le premier quart du IXème siècle. Un village se serait formé autour, mais aurait par la suite été détruit par le feu. Par temps de sécheresse, Saint-Maudan intervenait en plongeant son bâton dans la fontaine vide. L’eau revenue pouvait alimenter tous les environs. La fontaine érigée au XVIIème siècle fut restaurée au XIXème, elle présente trois frontons ajourés et trilobés sur piliers carrés, aux angles des plots concaves, l’ arc gothique du fronton de façade supporte une croix. Dans la niche grillagée, pour éviter toute convoitise, est exposé un buste représentant Saint-Maudan, probablement un vestige d’un ouvrage plus grand. Selon la tradition locale, lorsque la sécheresse se prolonge, il faut renverser la statue du Saint dans la fontaine afin de faire tomber la pluie. Ainsi au XIXème siècle, afin de conjurer une nouvelle sécheresse, le Saint-Patron fut immergé dans l’eau jusqu’à ce que les pluies semblent suffisantes pour les récoltes. Des processions étaient organisées en ce lieu car l’eau de cette source permettait aussi de guérir les malades, ce fut le cas en 1873 lors d’une épidémie de dysenterie. Cette fontaine était également considérée comme ayant une fonction divinatoire, les questions posées concernaient les suites d’une maladie, mais aussi si de futurs époux allaitent avoir un mariage heureux et fécond.

 DU  CÔTE  DE  LA  FORET  DE  BROCELIANDE... LES CHEVALIERS DE LA TABLE RONDE.

Les Craquelins Margely, une histoire familiale

La fabrique des Craquelins Margely a été fondée en 1929 par le grand-père de Thierry Margely, l’actuel gérant. Il perpétue encore aujourd’hui la tradition familiale et prépare les craquelins traditionnels, selon la recette créée il y a près d’un siècle.

Une entreprise familiale et artisanale

Les craquelins étaient traditionnellement préparés par les boulangers, le dimanche et les jours de fête. C’est quand il a fait son apprentissage en boulangerie que le grand-père de Thierry en a découvert les secrets de fabrication. Quelques années plus tard, il décide de fonder son entreprise autour de la fabrication de cette spécialité locale.

La fabrique est implantée à Plumaudan depuis sa création. Fonctionnant au départ avec 3 à 4 salariés, l’entreprise s’est développée au fil des générations jusqu’à compter plus d’une vingtaine de salariés. L’activité suit les tendances, connaissant notamment des périodes de ralentissement. A l’heure actuelle, le produit revient en tête des ventes, apprécié pour son côté sain et naturel, sans adjonction de sel et sans colorants et additifs artificiels. C’est désormais la base d’un petit-déjeuner ou d’un apéritif léger et gourmand. Dans la gamme de craquelins Margely, on trouve d’ailleurs le CraqÔson, le dernier né des craquelins Margely, à base de farine complète, riche en fibres.

Partager cet article
Repost0

commentaires

B
Chaque fois que je vois les photos que vous prenez, j'ai l'impression d'être moi-même en voyage.
Répondre
L'église et le château ici ont des caractéristiques anciennes et anciennes, je me sens paisible en regardant les photos que vous prenez.
Répondre
ống thép luồn dây điện
Répondre
Vos voyages m'inspirent toujours.
Répondre
Encore un nouveau voyage, vos voyages sont très intéressants. Merci pour le partage.
Répondre