Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2013 1 23 /09 /septembre /2013 17:06

 

 

Dimanche 22 septembre 2013 : Premenade découverte dans la forêt de Paimpont à la recherche d'Arthur, Merlin, Viviane (la Dame du lac), Morgane et autres personnages de la légende arthurienne... A la recherche aussi des arbres remarquables de la région...

 

 

800px-Paimpont_Carte_generale.svg.png

 

 

 

morbihan gite fresnaye region broceliande oustSituation de Brocéliande ou Paimpont...

 

 

B40-7213.JPGEglise de St Léry à quelques kilomètres de Mauron. Elle date du 14ème et présente sur son flanc droit un très beau porche renaissance.

 

 

 

B40-7217.JPG

 

 

 

 

B40-7218.JPG   sous le porche, 2 belles portes en anse de panier sont surmontées d'accolades finement sculptées. Des personnages comme la Vierge, l'ange de l'Annonciation, St Michel terrassant le dragon ainsi qu'un damné l'encadrent...

 

 

 

 

B40-7219.JPG

 

 

 

B40-7220.JPG

 

 

 

 

B40-7223.JPGEglise entre St Léry et Concoret.

 

 

 

carte-broceliande.jpg

 

 

 

DSC09914.JPGSt Brieuc de Mauron, le chêne remarquable...

 

 

 

B40-7226.JPGConcoret, le chêne pédonculé  "Guillotin"... Son âge ?, 1000 ans environ.

 

 

 

LA0A9521.JPGSon nom est lié à l’abbé Guillotin qui exerçait à Concoret pendant la révolution. Opposé à la révolution, l’Abbé Guillotin était pourchassé par l’armée révolutionnaire. Il décida donc de partir en pleine campagne pour s’y cacher. En passant près du chêne, il remarqua qu’il était creux et il se cacha à l’intérieur.

Lorsque les soldats passèrent près du chêne, le trou était bouché par une belle toile d’araignée intacte laissant penser qu’il n’y avait personne à l’intérieur. Et pourtant, l’Abbé Guillotin s’y trouvait. Il attendit quelques jours avant de sortir, le temps que l’armée se disperse dans la campagne.

Il a écrit ses mémoires et raconte que c’est une Sainte, Notre Dame de Paimpont, qui se serait transformée en araignée pour le protéger.

 

 

 

LA0A9524.JPG

 

 

 

LA0A9526.JPG

 

 

 

LA0A9527.JPG

 

 

 

LA0A9528.JPG

 

 

 

LA0A9529.JPGLe chêne creux et son entrée laissant entrer une personne de corpulence normale...

 

 

 

LA0A9531.JPG

 

 

 

800px-Quercus_Robur_031.jpgLes glands avec pédoncules, fruits du chêne pédonculé...

 

 

 

 

412px-Zomereik_blad_Quercus_robur.jpgFeuille du Chêne pédonculé...

 

 

LA0A9534.JPGMaison typique du pays, près du chêne à guillotin, construite en pierres rouges du la région...

 

 

 

p_art_014_0.jpg

 

 

 

 

B40-7238.JPG

 

 

 

B40-7236.JPG

 

 

 

LA0A9536.JPGEntrée du château de Comper...

 

 

 

800px-Comper01.JPGLe château côté lac...

 

 

 

broc_liande_086.jpgLe chêne d'Arthur, chêne remarquable, dans le parc du château...

 

 

carte-avc-insertion-photos-perso.jpgimage du net...

 

 

B40-7242.JPGSur le chemin du tombeau de Merlin...

 

 

 

B40-7241.JPG

 

 

 

B40-7246.JPGLe tombeau de Merlin...

 

 

 

LA0A9539.JPGLe tombeau de Merlin...

 

 

 

B40-7252.JPGLa fontaine de jouvence...

 

 

 

B40-7258.JPGLa fontaine de jouvence...

 

 

 

LA0A9543.JPGLa fontaine de jouvence...

 

WEB-CG2014--03.JPGLa forêt de Brocéliande a inspiré des créateurs comme LA GUILDE DU DE qui a créé toute une série sur ce thème. Cette série nommée "Brocéliande" comme il se doit,  présente les personnages les plus mythiques de la légende Arthurienne...LA GUILDE DU DE crée et fabrique des dés à coudre de collection, voir lien ci-dessous :

 

http://laguildedude.com

 

 

WEB-CG2014.03-.1.JPG

 

 

 

 

 

 

B40-7255-copie-1.JPGPromenade dans la forêt domaniale de Paimpont...

 

 

 

B40-7262.JPG

 

 

 

B40-7265.JPG

 

 

 

B40-7266.JPGUn peu de fraicheur par cette belle journée de septembre...

 

 

 

B40-7267.JPGPromenade dans la forêt domaniale de Paimpont....

 

 

 

B40-7269.JPG

 

 

 

B40-7270.JPG

 

 

 

WEB-CG2014-01.JPGUne autre création de LA GUILDE DU DE présente les habitants mythiques de la forêt de Brocéliande comme les Fées, les Korrigans, les druides...

 

 

WEB-CG2014-01.1.JPG

 

 

 

Chene_des_Hindres_vue2.jpgLe chêne remarquable des Hindrés...

 

Direction PAIMPONT, centre de la forêt de Brocéliande...

 

 

800px-Abbaye_de_Paimpont_vue_de_l-ouest_2011.jpgL'abbaye de Paimpont vu du fond du lac...

 

 

800px-Paimpont-maison_abbatiale_facade-.jpgL'abbaye de Paimpont...

 

 

LA0A9577.JPG

 

 

 

LA0A9574.JPGPortail d'entrée de l'abbatiale...

 

 

 

LA0A9561.JPGQuelques photos de l'intérieur de l'abbatiale de Paimpont...

 

 

 

LA0A9562.JPG

 

 

 

LA0A9564.JPG

 

 

 

LA0A9566.JPGLa chaire...

 

 

 

LA0A9568.JPG

 

 

 

LA0A9569.JPG

 

 

 

LA0A9573.JPGNotre Dame de Paimpont...

 

 

 

LA0A9580.JPGVue du lac depuis l'abbatiale de Paimpont...

 

 

LA0A9545.JPG

 

 

 

LA0A9548.JPGQuelques photos prises dans la basse forêt de Paimpont...

 

 

 

LA0A9549.JPG

 

 

 

LA0A9552.JPG

 

 

 

LA0A9554.JPG

 

 

 

LA0A9555.JPG

 

 

 

LA0A9557.JPG

 

 

 

LA0A9559.JPGRoches affleurant dans la Basse forêt de Paimpont...

 

 

LA0A9609.JPGLes forges de Paimpont et... les beaux séquoias inscrits à l'inventaire des arbres remarquables.

 

 

 

LA0A9606.JPGGros plan sur le séquoia le plus majestueux des Forges...

 

 

 

LA0A9603.JPG

 

 

 

LA0A9601.JPG

 

 

 

LA0A9595.JPGBeau specimen d'alisier torminal à l'entrée des forges de Paimpont...

 

 

LA0A9597.JPG

 

 

 

LA0A9596.JPG

 

 

 

Forges_de_Paimpont2.jpgL'un des Hauts forneaux des forges de Paimpont...

 

 

 

LA0A9591.JPGEncore des arbres inscrits à l'inventaire des arbres remarquable comme ce charme que l'on peut observer sur la terrasse du restaurant "les forges de Paimpont"...

 

 

 

LA0A9589.JPG

 

 

 

LA0A9587.JPGBeaux specimens d'arbres vus depuis le restaurant des forges, côté lac  (sans eau cet été 2013).

 

 

 

LA0A9586.JPG

 

 

 

LA0A9584.JPGAutre charme à l'autre bout de la terrasse...

 

 

 

LA0A9582.JPGToujours aux Forges et derrière le restaurant, ce chêne pédonculé remarquable, dit "chêne d'Anatole Le Braz"...

 

Direction Campanéac...

 

 

coatquidan.jpg(Photo du net) Nous passons devant l'entrée des écoles de Coëtquidan...

 

 

LA0A9617.JPGMaison peinte dans le bourg de Campénéac, bien visible lorque l'on arrive de Beignon...

 

 

 

LA0A9619.JPG

 

 

 

LA0A9621.JPG

 

 

 

LA0A9623

 

 

 

LA0A9624.JPG

 

 

 

LA0A9626.JPGCampanéac, au Pas aux biches, magnifique specimen de chataignier lui aussi inscrit à l'inventaire des arbres remarquables...

 

 

LA0A9628.JPG

 

 

 

LA0A9631Détails...

 

 

 

LA0A9632.JPG

 

 

 

LA0A9633

 

 

 

LA0A9640.JPGSur la chemin du Pas aux biches en sortant du bourg, cette fontaine...

 

 

 

LA0A9638

 

 

 

LA0A9649.JPG... Et ce lavoir...

 

 

 

LA0A9650.JPGNous quittons Campénéac pou le château de Trécesson, nous passons devant un terrain de foot et une école dont voici le mur peint...

 

 

LA0A9653.JPGAvant d'arriver au château de Trécesson nous passons devant cette croix...

 

 

 

LA0A9662.JPGLe château de Trécesson se reflétant dans les eaux de son étang...

 

 

 

LA0A9670.JPG

 

 

 

le-hetre-de-ponthus-1.jpgUn autre arbre remarquable en forêt de Paimpont, le hêtre de Ponthus...

 

 

tombeau-des-geants.JPGLe tombeau des géants...

 

jardin-au-moines-copie-1.JPGLe jardin aux moines...

 

 

maison viviane 3L'hotie de Viviane...

 

 

maison-viviane-2.jpgHotie ou maison de Viviane...

 

 

barenton.JPGLa Fontaine de Barenton. C'est ici que, selon le légende arthurienne,  se seraient rencontrés Viviane et Merlin...

 



Fontaine miraculeuse de Baranton
(Ille-et-Vilaine)
(D’après « Le Magasin pittoresque », paru en 1846)
Publié le lundi 11 janvier 2010, par LA RÉDACTION

 
Fontaine miraculeuse de Baranton
(Ille-et-Vilaine)
(D’après « Le Magasin pittoresque », paru en 1846)

 
BULLETIN D'INFORMATION
 
 

Cette fontaine, rendue si célèbre par les romans de chevalerie, se trouve dans la forêt de Paimpont, en Bretagne. Son aspect est des plus pittoresques, et les habitants des communes voisines ont encore conservé, pour la source magique, une sorte de respect superstitieux. Robert Wace, poète du douzième siècle, parle de cette fontaine et de la forêt de Paimpont, qui se nommait alors Brecilien ou Brecheliant. On lit dans ses oeuvres :

Cette croyance aux propriétés magiques de l’eau de Baranton, qui lorsqu’on la répandait sur le perron, c’est-à-dire sur la pierre servant de mardelle à la source, amenait immédiatement des pluies abondantes, nous est également confirmée par Guillaume le Breton, chapelain de Philippe-Auguste. « Quelles causes, dit-il, produisent la merveille de la fontaine de Breceliand ? Quiconque y puise de l’eau et en répand quelques gouttes sur le perron rassemble soudain les nues chargées de grêle, fait gronder le tonnerre et voit l’air obscurci par d’épaisses ténèbres ; et ceux qui étaient présents et souhaitaient de l’être voudraient bien alors n’avoir jamais rien vu, tant leur stupeur est grande, tant l’épouvante les glace d’effroi ! La chose est merveilleuse, je l’avoue ; cependant elle est vraie : plusieurs en sont garants. » (Guillelmus Brito, Philippis, lib. VI, v. 415.)

Chrétien de Troyes parle aussi de la fontaine qui bout, du perron, et des propriétés singulières de l’eau merveilleuse. Un poète cambrien du douzième siècle, dont M. de La Villemarqué a traduit l’oeuvre dans ses Contes des anciens Bretons, en donne également une description qui ne peut se rapporter qu’à la fontaine de Baranton : « Je me mis donc à cheminer, dit le héros du poème intitulé Owen, ou la Dame de la fontaine, tant que j’arrivai au sommet de la côte, et j’y trouvai tout ce que l’homme noir m’avait prédit ; et je m’avançai vers l’arbre, et je vis la fontaine dessous et le perron de marbre et le bassin d’argent attaché à la chaîne, et je pris le bassin et je le remplis d’eau et le versai sur le perron de marbre. Et voilà que le tonnerre gronda avec encore plus de fureur que l’homme noir ne me l’avait annoncé, et après le tonnerre, l’averse ; et en vérité je te le dis, Kai, il n’y a ni homme ni bête qui puisse supporter une pareille averse sans mourir, car il n’y a pas un seul de ses grêlons qui ne traverse la peau jusqu’aux os. Je tournai la croupe de mon cheval à l’orage, et je couvris sa tête et son cou d’une partie de mon bouclier, tandis que je m’abritais moi-même sous l’autre, et je soutins de la sorte l’orage. »

...Brecheliant,
Dont Bretons vont souvent fablant (faisant des fables),
Une forest moult longue et lée (large),
Ki en Bretagne est moult louée.
La fontaine de Barenton
Sourd (jaillit) d’une part lès (près) le perron.
Aler souloient vénéor (les chasseurs)
A Barenton par grant chalor,
Et o (avec) leur cor l’eve (l’eau) puisier,
Pour ce souloient pluie avoier.
 
 

Les propriétés magiques de l’eau de Baranton étaient regardées comme tellement certaines que nous les voyons constatées au quinzième siècle dans une ordonnance du comte de Laval, relative aux usements et coustumes de la forêt de Brecilien. On y lit : « Joignant à la fontaine de Menton y a une grosse pierre que on nomme le perron de Belenton, et toutes les fois que le seigneur de Montfort vient à ladite fontaine et de l’eau d’icelle roule et mouille ledit perron, il pleut au pays si abondamment que la terre et les biens estant en icelle en sont arousés et moult leur proufitte. »

L’ordonnance du comte de Laval donnait à la fontaine le nom de Belenton (au lieu de Baranton). Ce mot, comme le fait remarquer M. de La Villemarqué semble, formé de ton, montagne, et de Belen, nom sous lequel les Gaulois adoraient Apollon. Dans ce cas, la forêt et la fontaine auraient été primitivement consacrées au dieu Belen, et le respect superstitieux qui lui est accordé serait un reste du culte druidique. Ce respect est tel que ni la réflexion, ni l’expérience n’avaient pu détruire la confiance des Bretons dans la puissance singulière de l’eau de Baranton. En 1835, les habitants de la paroisse de Concoret (vallée des Fées) s’y rendirent processionnellement avec le clergé pour obtenir les pluies nécessaire aux moissons. Arrivé près de la fontaine, le curé bénit l’eau, y plongea l’aspersoir et arrosa les pierres voisines.

Il est possible que la source de Baranton doive sa curieuse réputation à une propriété particulière qui n’attrait rien de nouveau pour les savants, mais dont les ignorants ont dû s’étonner : toutes les fois qu’on y jette un morceau de métal, l’eau, dit-on, entre en ébullition. Aussi les jeunes pâtres de la forêt s’amusent-ils à y laisser tomber des épingles, en disant : « Ris, fontaine de Baranton. C’est à quoi Chrétien de Troyes a sans doute fait allusion en parlant de la fontaine qui bout. »

 

Fontaine de Baranton, dans la forêt de Paimpont


 

LA0A9674.JPGMaison peinte dans le village de Tréhorenteuc...

     

LA0A9677.JPGEt juste à côté, autre enseigne de taverne peinte...

     

LA0A9679.JPGTréhorenteuc, murs peints près de l'office de tourisme du Pays de Mauron...

 

Trehorenteuc_Fresque_Office_Tourisme.jpg

     

LA0A9680.JPGDes poèmes sur le thème "Morgane" réalisés par des élèves de 5ème et 6ème sont pendus à cet arbre...

   

Trehorenteuc_Chapelle_du_Graal.jpgL'abbé Gillard devant son église de Tréhorenteuc

     

LA0A9684.JPG

     

LA0A9728.JPG

     

L’Eglise de Tréhorenteuc, dite la Chapelle du Graal est unique en Europe. Elle porte le souvenir de l’Abbé Henri Gillard, recteur de Tréhorenteuc, figure emblématique et originale de Brocéliande. Entre 1942 et 1962, il a restauré cette église et lui a donné l’âme et la personnalité qu’elle dégage aujourd’hui. Visionnaire à son époque, il a été le précurseur du tourisme en Brocéliande.

Par son travail de restauration et d’aménagement de l’église de Tréhorenteuc, l’abbé Gillard s’est inscrit sur la liste des héros du mythe de Brocéliande. Véritable musée permanent de la légende arthurienne et des contes de la forêt, l’église d’aspect modeste, logée au cœur de la petite bourgade qui permet l’accès au Val sans Retour, donne au visiteur des clés nouvelles pour aborder la mythologie.

De 1941 à 1962, l’abbé Gillard est l’âme du pays. Au prix de sacrifices, il entreprend un travail incroyable. Utiliser une écriture du Moyen-Age pour transmettre un message pour les nouvelles générations.

Aujourd’hui, l’Office de Tourisme du Pays de Mauron en Brocéliande, propose une visite guidée de ce haut lieu de Brocéliande. Car, si des Images chrétiennes, celtiques ou légendaires sont présentes dans cet édifice, rien n’a été fait au hasard. « La Porte est en dedans »…. La formule que le recteur a fait inscrire au dessus de la porte est à méditer…

Elle renferme notre vérité, une vérité que personne ne pourra trouver à notre place mais dont un séjour dans la petite église de Tréhorenteuc, ne peut que vous aider à trouver la voie

     

LA0A9685.JPG

 

 l’Abbé Henri Gillard par Jean Markale « …Henri Gillard est mort un jour de juillet 1979. Il repose maintenant à l’intérieur même de cette église qu’il a contribué à rendre célèbre, église qu’il a tant aimée et qui résume parfaitement sa vie et son œuvre. Chacun pourra juger Henri Gillard selon son tempérament et ses convictions. Ce jugement je ne peux le porter moi-même parce que j’ai été trop lié avec lui. Il m’a beaucoup appris, particulièrement à observer, à être tolérant, à m’efforcer de comprendre les autres. Sa méthode paraît fragile à certains, parce qu’elle n’est pas scientifique. Mais qu’est-ce la science au regard de la foi ? On ne peut pas oublier que l’abbé Gillard, jusqu’à la fin de ses jours, a été prêtre de l’église catholique romaine et que malgré toutes les critiques acerbes dont il a été l’objet de la part de certains membres du clergé, il a cherché à appliquer l’évangile dans une paroisse élargie au monde entier. Charité, bien sûr, amour du prochain, compassion, mais aussi volonté farouche de faire comprendre le message du Christianisme au monde. Il n’a été ni un rêveur, ni un hérétique, ni un « déviant », il a été prêtre, et fier de l’être. C’est une réalité que beaucoup de ceux qui l’ont connu ne peuvent pas nier. Certes c’était un visionnaire, mais sa vision était toujours appuyée sur des faits. Il n’y avait en lui nul prophétisme, nul désir de réformisme, nulle volonté d’hétérodoxie. Il se voyait comme un des maillons de cette immense chaîne d’or qui faisait remonter la classe sacerdotale aux Apôtres, et au-delà, aux Druides eux-mêmes, précurseurs de la spiritualité chrétienne. Et comme tel, ne voulant pas faillir à la mission dont il avait été investi, il a fait l’impossible pour transmettre le message, quand bien même ce message ne faisait pas plaisir à tout le monde. Il y allait de son honnêteté et de sa foi. Car si il fut réellement le rénovateur de Tréhorenteuc, s’il fut l’un des grands initiateurs de ce que j’appelle le « tourisme intelligent », il fut avant tout un prêtre. Cela, nul n’a le droit de l’oublier. Et si l’église de Tréhorenteuc est devenue en fait un musée où l’on enseigne la sagesse, c’est parce qu’elle est authentique sanctuaire, un lieu sacré où s’opèrent les délicats échanges entre le visible et l’invisible, entre l’errance des êtres humains et les mystérieuses volontés de Dieu. »

La richesse de cet église se trouve dans les différentes illustrations évoquant les légendes de la Table Ronde, de la Fontaine de Barenton et des légendes celtiques., à travers ses vitraux et ses peintures.

Un tableau montre l’apparition du Saint-Graal aux chevaliers de la Table Ronde.

L’ensemble des tableaux de l’église ainsi que le chemin de croix et les tableaux de la sacristie furent réalisés par un prisonnier de guerre allemand, M. Karl Rezabeck.

A l’intérieur, vous trouverez aussi deux statues en bois polychrome datant du XVIème et du XVIIème siècle : l’une représente Saint-Jean-Baptiste et l’autre la Vierge à l’Enfant.

 

LA0A9687.JPGMosaique du cerf blanc au collier d'or...

 

Les clés pour comprendre les représentations symboliques

Chaque réalisation présente dans l'église de Tréhonrenteuc renvoie à une autre. Le grand vitrail a pour miroir la mosaïque qui lui fait face. Tous les symboles présents dans le grand vitrail s'y reflètent et s'y transposent. Le Christ est représenté par le Cerf blanc dont la tête est ceinte d'une auréole. Il porte au cou un collier où est suspendue une croix. Il est entouré de quatre lions, les quatres évangélistes. Dans la légende, Lancelot voit apparaître le cerf blanc et des lions. Ils passent sans daigner lui adresser un regard avant de disparaître par enchantement. Lancelot s'interroge. Le soir, un vieillard l'incite à renoncer à sa vie dissolue avec la reine Guenièvre. Lancelot ne peut s'y résoudre et échoue dans sa quête du Graal. Dans la mosaïque, le cerf blanc, c'est le Christ du monde chrétien, mais c'est aussi la divinité Cernunnos des Celtes. C'est également le Merlin de la légende. Miroir du grand vitrail, la mosaïque fait apparaître la féminité avec la fontaine de Barenton en forme de croissant de lune. Nous sommes dans le monde des eaux, domaine des fées. Plus haut, les arbres de Brocéliande, dont le plus gros épouse la forme d'un soleil, représentant le masculin. Présente dans le grand vitrail sous la couleur violette de la robe du Christ, l'harmonie parfaite de l'Homme se reflète sous l'apparence d'une toute petite ancolie (Chère à Léonard de Vinci) visible au centre de la mosaïque

   

LA0A9690.JPGLe grand vitrail du choeur...

Deux personnages se font face dans la partie inférieure du vitrail. Il s'agit du Guégonnais Louis Thétiot, et de sa mère, respectivement cousin et marraine de l'abbé Gillard. Lorsque son fils est tué en 1944 par une rafale de mitrailleuse, Mme Thétiot décide de léguer la ferme qu'elle lui destinait à son filleul, l'abbé Gillard. Avec la vente de cette ferme familiale, le grand vitrail a pu être réalisé par l'atelier Gruber en 1951. On remarque une perle bleue située entre ces deux personnages. Elle est un appel à la spiritualité et invite tout un chacun à prier pour les donateurs du vitrail.

   

La Quête du Graal

 Les Celtes avaient leur Graal, il était représenté par le Chaudron de la Connaissance. Chez les Chrétiens, dans une légende, le Graal a pour origine une émeraude qui est sertie sur la couronne de l'Ange de lumière, Lucifer lorsque celui-ci commet la faute, son émeraude se détache tombe du ciel et atterrit sur le Paradis terrestre. Retrouvée par les hommes, elle est transmise de générations en générations jusqu'à devenir la coupe utilisée par Joseph d'Arimathie pour recueillir le sang du Christ. Par la suite, le Graal disparaît. Les chevaliers de la Table Ronde ont alors pour mission de partir à sa recherche : La fameuse Quête du Graal. Le meilleur d'entre eux, Galaad, le chevalier au coeur pur, devient l'élu. Placé au coeur du vitrail qui lui est dédié, le Graal illumine tout ce qui l'entoure. La coupe est de couleur verte, couleur de l'espérance d'une vie éternelle. Lorsqu'on se trouve dans l'église, on observe que la coupe du graal est présente sur les trois vitraux visibles dans le choeur. La tonalité du vert évolue de façon chronologique : Du vert foncé, durant foncé, durant le repas de la Cène, il devient plus clair lors de la crucifixion, pour finalement devenir lumineux et irradiant le grand vitrail à la résurrection de Jésus

   

Le Saint Graal expliqué à Tréhorenteuc

Comme c'est le cas pour les chevaliers réunis en harmonie autour de la Table Ronde, l'abbé Gillard, à travers le grand vitrail, a souhaité exprimer le message du Christ visant à voir s'établir entre tous les hommes, l'harmonie, l'amour, la paix et l'universalité.

Cet objectif se manifeste symboliquement par les couleurs. Dans le vitrail, on observe une dominante bleue, celle du masculin, et une autre rouge, dont le dérivé est le rose dévolu au féminin. Avec la fusion du bleu et du rouge, on obtient la couleur violette (comme la robe portée par le Christ) : Le mélange parfait, l'harmonie parfaite entre l'homme et la femme et celle de tous les hommes au sens large. Parallèlement aux couleurs, cette harmonie est traduite par la coexistence de plusieurs mondes : l'image du Christ et des évangélistes pour les Chrétiens, le monde celte avec l'omniprésence des feuilles du chêne sur l'ensemble du vitrail (symbole du culte de la nature) et le monde légendaire avec la quête du Graal des chevaliers de la table ronde. La conception du vitrail répond aussi à une harmonie parfaite : Celle qui découle du nombre d'or dont l'existence est rappelée par l'inscription 1,618 figurant sur le mur de l'église près des fonds baptismaux

   

LA0A9693.JPG

     

LA0A9697.JPG

     

LA0A9701.JPG

     

LA0A9703.JPG

     

Sainte Onenne la Vierge de Tréhonrenteuc

Sainte Onenne est née au 7e siècle dans un château proche de Mauron dans la forêt de Brocéliande. Très jeune elle quitta sa vie de princesse, elle s'engagea comme servante dans une ferme de Tréhorenteuc, attirée par l'esprit de pauvreté. Elle apportait son aide aux malades et aux pauvres avec lesquels elle partageait ses biens.  Chaque fois qu'elle le pouvait  Sainte Onenne rendait visite à la Vierge de l'église, l'abbé Gillard lui a redonné une notoriété certaine en représentant sa vie dans de nombreux vitraux figurant sur les bas-côtés de l'église

     

LA0A9704.JPG

     

LA0A9708.JPG

     

LA0A9709.JPG

     

LA0A9713.JPG

     

LA0A9714.JPG

     

LA0A9716.JPG

     

LA0A9718.JPG

     

LA0A9691.JPGLa légende du Val sans retour...

     

LA0A9695.JPGLes chevaliers de la Table Ronde...

     

LA0A9699.JPGLa Fontaine de Barenton ;

En haut : La fontaine est gardée par le chevalier noir. Yvain tient le gobelet d'argent avec lequel on verse l'eau sur le perron pour déclencher tempête et orage sur la forêt.

A droite : C'est la rencontre de Viviane et de Merlin.

En bas : Le chevalier de Ponthus affronte tous les chevaliers de passage pour conquérirla belle Sydoine, fille du Comte de Vannes.

A gauche : Eon de l'étoile contemple ses richesses. On y aperçoit l'église de St Léry, photographiée au début de ce reportage...

     

LA0A9720.JPGLe chemin de croix et les tableaux sont l'oeuvre de l'ébéniste Peter Wissdorf et du peintre Karl Rezabeck, prisonniers de guerre allemands en 1945.

       

LA0A9721.JPGSur ce panneau représentant la 8ème station du chemin de croix, le peintre a représenté en toile de fond le manoir de Tréhorenteuc, voir la photo ci-dessous...

   

468px-Trehorenteuc01.JPGLe manoir de Tréhorenteuc peint sur la VIII ème station du chemin de croix de l'église.

     

LA0A9722.JPG

     

LA0A9732.JPGLe Val sans retour, le Miroir aux Fées...

     

800px-Broceliande006.JPGLe Miroir aux fées vu d'en haut...

   

Arbre-d_or-Trehorenteuc---OT-Trehorenteuc.jpgCette photo est prise sur le Net...

 

L’Arbre d’Or est situé à l’entrée du Val sans Retour.

Il a été implanté en ce lieu en 1991 suite à l’incendie qui a ravagé près de 500 hectares de la forêt en septembre 1990. Les crêtes du Val sans Retour ont été particulièrement touchées.

Cet incendie a énormément marqué les esprits des visiteurs mais aussi des habitants du secteur. L’association de sauvegarde du Val sans Retour a mis tous les moyens en œuvre pour redonner une âme à cette zone sinistrée : reboisement et sensibilisation du public, mobilisation des acteurs locaux.

Finalement, c’est l’installation de ce châtaignier, doré à la feuille d’or qui matérialise leur action. Cet arbre, œuvre de François Davin symbolise la fragilité de la forêt face au risque d’incendie, la renaissance de la nature ainsi que la bêtise humaine qui est très souvent à l’origine des catastrophes naturelles.

     

LA0A9736.JPGL'arbre d'or...

     

LA0A9746.JPG

     

LA0A9748.JPGL'église de Néant sur Yvel...

     

LA0A9751.JPG

     

LA0A9753.JPGCroix devant l'église de Néant sur Yvel...

     

LA0A9756.JPGL'autre face de la même croix...

     

LA0A9758.JPGLe clocher de l'église de Néant sur Yvel...

     

LA0A9761.JPGLa fontaine d'Anne Toussainte de Volvire...

     

Chapelle_de_Kerneant_bis.jpgLa chapelle de Kernéant et son arbre creux...

         

FIN 

 

 

 



Partager cet article

Repost 0
Published by christianlegac - dans photo
commenter cet article

commentaires